Nouvelles
mai 17, 2017
Un 375e anniversaire qui ne plait pas à tous
Un 375e anniversaire qui ne plait pas à tous

La ville de Montréal doit sa richesse et son histoire à diverses activités culturelles et artistiques qui ont permis de bâtir une réputation d’ampleur mondiale à la métropole. Dans le cadre de son 375e anniversaire, plusieurs d’entre elles sont donc mises en avant dans la programmation officielle de cet événement, mais cela ne fait pas l’unanimité du public.

Des citoyens mécontents

Depuis l’annonce des festivités du 375e, des montréalais et plusieurs groupes/organismes ont pris part à une opposition envers ces célébrations. En effet, l’administration Coderre fait la manchette ces derniers mois (corruption, mensonges, manque de jugement dans les prises de décisions, etc.), ce qui révolte beaucoup de citoyens investis qui boycottent désormais tout ce qui est en lien avec l’anniversaire de la ville.

La cruauté au cœur des festivités

Au programme, un rodéo qui en fait parler plus d’un. La SPCA de Montréal, ainsi que plus de 600 vétérinaires et techniciens en santé animale du Québec ont pris position contre cet événement organisé par le promoteur du NomadFest. Les citoyens ayant à cœur le bien-être des animaux et les experts du domaine animalier déplorent le fait que cette activité n’a aucun lien avec la culture montréalaise, et qu’elle cause un grand stress aux chevaux, vaches et taureaux, pouvant mener à des blessures, voir à la mort

Les sujets de polémiques

Montréal a récemment pris des décisions qui en ont choqué plus d’un. La ville a notamment décidé d’encourager l’industrie des calèches et l’encadrement de manière inquiétante les animaux de compagnie. Le bannissement des chiens de type Pit Bull a notamment lancé le débat car des centaines de mises à mort ont lieu alors que la ville désire célébrer. De son côté, le maire Coderre a fait parler de lui à travers le chèque de 25 000$ non déclaré, les fraudes effectuées par son fils, son manque de professionnalisme dans ses échanges avec les citoyens et employés de la ville, les histoires de corruption, et bien d’autres!

Un budget qui dépasse l’imaginable

La mise en place de ces festivités, dont les factures s’élèvent désormais à quelques 1 023 524 138$, apporte notamment des modifications au pont Jacques-Cartier (39,5 millions de dollars), à la gare maritime, à la jetée Alexandra au port de Montréal (78 millions de dollars), et au parc Jean-Drapeau (73,4 millions de dollars).  Ce sont bien évidemment les citoyens qui paient pour la part de ces installations : Montréal à 41 %, le Québec à 32 % et le Canada à 5 %.

Aucun commentaire 0

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest